De l’éventualité d’une prolongation du confinement spécifique aux personnes âgées : que sommes-nous prêts à sacrifier ?

18 commentaires

  1. Merci pour votre propos et réflexions.

    Ce qui me choque dans une telle mesure c’est son caractère infantilisant à l’égard d’une catégorie de personne, de manière globale sans prendre en compte leur particularité, alors que nous avons à faire à des personnes adultes, largement majeures, j’exclus de mon propos, évidemment, celles beneficiant déjà d’une mesure de protection, quoi qu’il faille distinguer selon le niveau de protection (sauvegarde, curatelle…etc)
    A quel âge doit on considérer que l’on est vulnérable ?
    Nous sommes inégaux face à la vieillesse, à la maladie et nos capacités de réaction face à l’adversité….
    J’ai l’exemple de ma propre mère qui, à 76 ans….mais également mes oncles et tantes (80), encore en vie……est dotée de toutes ses facultés mentales et qui est parfaitement autonome ….
    Comment lui imposer une telle restriction des lors qu’elle ne rentre pas dans une catégorie à risque…..il est evident qu’un adolescent asthmatique ou diabétique est plus à risque qu’elle face au Covid 19 en particulier…..
    J’ai le sentiment qu’ une telle mesure ne serait mise en place que pour pallier le manque de moyens de protection (tests, masques, vaccins,service hospitalier en sous effectif …)
    L’Etat providence n’est plus et ne protège plus ses citoyens en réalité….on ne peut donc pas accepter une perte de nos libertés fondamentales au seul motif de la carence et l’incurie de l’Etat.

    Enfin, je ne suis pas pour une société qui assiste les gens, à chacun de prendre ses responsabilités, le risque zero n’existant pas…..je ne veux pas d’une société où l’Etat décide poir moi…mais d’une société qui me donne les moyens et les conditions pour vivre ensemble de manière sécurisée..

    De surcroît pour la majeure partie de ces personnes dites âgées, elles ont des familles qui ont des obligations légales envers elles…..à commencer par une obligation alimentaire et donc de secours….que fait on alors de la responsabilité des familles ?

    • Bonsoir, 
      Absolument contre cette proposition. L’épidémie oui , nous la vivons dans les établissements de santé et de fait l’âge n’empêche pas de participer à cette lutte (infirmiers ,aides-soignantes, médecins de plus de 65 ans devraient-ils rester confinés? Serions nous tous sous Tutelle dés 60/65 ans?  
      A ce jour, ils sont aussi sur le terrain ces dits “seniors”, si l’on s’en rapporte à l’age de la retraite qui serait repoussé à 67 ans n’y-a-t-il pas là aussi une ineptie d’interprétation?
      Si l’on considère l’âge de nos représentants : députés,sénateurs, représentants haute administration etc.., n’y a-t-il pas discrimination si l’on demande aux seniors de la population de rester confinés de manière obligatoire pendant que d’autres seniors en seraient exemptés au nom de ?
      L’âge ne fait pas la vulnérabilité dans son ensemble, les patients pour la plupart connaissent leurs pathologies et les risques et sont capables de prendre des précautions!
      A quoi serviraient les recommandations sur l’éducation thérapeutique , sur le patient expert des autorités de santé devant être mis en place dans les établissements de santé si de l’autre côté , des “dits experts” si des décisions arbitraires d’âge et vulnérabilité  limiteraient  la circulation des personnes de plus de 65 ans ?
      Dé-confinement pour les plus jeunes , porteurs et moins malades? jusqu’à ce jour mais dont certains bravent les sorties sont selon moi plus à facteurs de risques…

      Pour finir, le confinement aurait été beaucoup plus efficace avec des dispositifs de protections, des tests de dépistage pour réguler la reprise d’activité logique et non arbitraire au nom de quoi?  de la discrimination de l’âge qui interdisent le moindre contact des personnes âgées avec leur famille depuis plus d’un mois , qui questionne sur cette utilité vis à vis des décès en EHPAD avec des salariés COVID+ sans protection, qui aboutissent à des situations extrêmes par verbalisations excessives sur des personnes dites vulnérables quand elles veulent dire bonjour à leur conjoint ou assister au décès d’un proche qu’elles n’auront pas pu voir même si après les excuses arrivent à posteriori ! Maltraitance psychologique en sus..

      Chacun est responsable de ses actes ,donc les verbalisations  répétitives de personnes dites non vulnérables qui pensent être au-dessus de tous me semblent beaucoup plus dangereuses et irrespectueuses vis à vis de ceux qui bataillent depuis de semaines à sauver ou aider le plus de personnes.

      Pour rappel :  La liberté de circulation est proclamée notamment dans la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948.
      Art. 1er. Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune.
      Art. 4. La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l’exercice des droits naturels de chaque homme n’a de bornes que celles qui assurent aux autres Membres de la Société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la Loi.  

      Professionnel et RU

          

  2. que veut dire personnes âgées c’est une notion arbitraire nous pouvons être plus sensibles a 10 ans de différence
    en pleine forme de nos moyens physiques et intellectuelles soit à 75 ans ou a 50 suivant les aléas de la vie

  3. La stigmatisation des seniors “pour leur plus grand bien” évidemment est insupportable. Surtout de la part de politiciens pour lesquels le “jeunisme” est la vertu première. Je crois me rappeler que les retraités ont été les premiers “taxés” au début du quinquennat. Bien utiles à ce moment-là, il importe de les mettre “en marge” de la société aujourd’hui.

    • J’ai interrogé l’Histoire de France récente pour rencontrer une telle disqualification en fonction de l’âge :il n’y en a pas . Il aurait pu y avoir une disqualification par l’orientation sexuelle.
      Qu’aurait-on dit dans les années 80/90 si on avait interdit aux homosexuels, sujets hautement vulnérables à cause du SIDA, de ne plus vivre leur orientation sexuelle? On a plutôt songé à les guérir qu’à les stigmatiser et à les exclure.
      Mais il y a eu une disqualification par la religion . Sous Vichy le statut des juifs.

      • Nous vivons actuellement un racisme anti vieux. D’après nos dirigeants les plus de 70 ans ont tous les défauts et en plus ils vident les caisses avec leurs pensions. Donc il faut les isoler, les placer dans ces ” mouroirs ” que l’on appelle communément des EPAD. on essaye par tout les moyens de ne plus les voir.
        Alors, tous ensemble signalons notre désaccord.

  4. A mon sens un excellent article qui analyse parfaitement les risques que comporterait une telle mesure eu égard à nos libertés fondamentales. Aux termes du préambule de notre Constitution, nous sommes libres et égaux. Une telle mesure, à mon sens ne serait en aucun cas conforme à ces principes.
    Imaginez un instant que le Président des Etats-Unis, constatant que les noirs représentent 70% des cas graves et des décès, décide que, à compter d’une certaine date, seuls les noirs (qu’est-ce qu’un noir ???) resteront confinés !

  5. On réouvre les établissements scolaires et parallèlement on envisage de prolonger le confinement en ce qui concerne les personnes âgées. Quelles conséquences pour les liens familiaux et intergenerationnels ?
    Les petits enfants ne pourront plus rencontrer leurs grands parents ?

  6. Comment peut-on se protéger contre de telles décisions ? Peut-on s’y opposer ? Quel recours avons-nous contre une telel décision ? Quelle marge de manoeuvre ?

  7. Entre ça et les PV ( concernant les autorisations de déplacement) dressés de manière injustifiée,
    les tribunaux administratifs ne vont pas manquer de travail !

  8. On parle de 18 millions de personnes, un quart de la population, C’est une décision monstrueuse, discriminatoire, digne des pires régimes totalitaires et qu’aucun artifice juridique ne saurait justifier.
    Macron parlé de “conseiller aux plus fragiles de…” il n’a même pas eu le courage d’assumer ses intentions ni de donner des critères logiques, concrets et mesurables.
    Lamentable.

  9. Merci pour cette analyse d’une proposition gouvernementale discriminatoire dont les conséquences peuvent être graves tant sur le plan des individus stigmatisés par l’âge que sur l’initiation de processus totalitaires ( cf les origines du totalitarisme d’Hannah ARENDT,1951 ) par un gouvernement prônant le jeunisme. Un grand merci. Anne-marie

  10. non en aucun cas nous avons de la famille a voir et c’est inhumain et dangereux pour la santé mentale qui risque de tuer plusieurs personnes a cause de ce confinement prolongé

  11. une idée invraisemblable! On veut nous enterrer vivantes? Veut-on, en nous tuant à petit feu, faire des économies sur les retraites ??? Je me démène comme une malade , avec des amis de mon âge tous excessivement vieux comme moi!!!) et c’est 12 à 14 h par jour, 7 jours sur 7 , sans jour de relâche pour, avec notre association, permettre à des enfants d’aller à l’école (et d’avoir des sacs alimentaires plus qu’utiles en Egypte en ce moment), pour permettre à des villageoises d’apprendre à lire, à compter…. et nous sommes trop vieilles pour avoir le droit de sortir !!!!!!!!!!!!!!!!!!!! C’est à mourir de rire !!!!!!!!!!!!!

  12. Madame Renard,
    je vous confirme qu’à ce jour le confinement spécifique des personnes âgées en maisons de retraites et EHPAD, se poursuit sous plusieurs formes.
    Malgré l’annonce faite par le Président de la République le 14 juin 2020, et la phase suivante de déconfinement engagée par le Ministère de la santé, les aînés ne peuvent toujours pas sortir de leur “enfermement” en établissement pour aller se promener ou rendre visite à un proche.
    Les consultations de soins ne sont autorisées qu’en ambulance ce qui est très dissuasif. Les visites en chambre ( lieu privé ) ont enfin été autorisées sans rendez-vous mais souvent avec des restrictions horaires contraignantes aux heures de travail des enfants voire interdites parfois le Week End.
    En réalité les directions d’établissement ont la possibilité de décider des mesures applicables localement, ce qui revient à faire pour ces établissements un peu le tout et son contraire.
    Ces EHPAD se révèlent être des lieux de privation de liberté qui vont à l’encontre de l’article 8 de la Convention européenne, notamment en ce qui concerne la limitation de l’accès à la chambre de nos proches qui constitue un lieu de vie privée et familiale.
    Cordialement
    JM Romens

Pour citer cet article :

RDLF 2020 chron. n°30 (www.revuedlf.com)

Laisser un commentaire